EURACTIV PR

An easy way of publishing your relevant EU press releases.

A new milestone : ONE PEOPLE, ONE PLANET forum in Louvain-la-Neuve - Belgium

Date

31 Aug 2011

Sections

Climate & Environment

--- version en français ci-dessous---

‘One People, One planet’, a forum standing between Davos and Porto-Allegre, has closed last night

in Louvain-La-Neuve (Belgium), after four days of fascinating talks. It has paved the way for a mix

of recommendations. It provided a dialogue between NGOs, public institutions, finance,

entrepreneurs and enterprises, academics as well as media to figure out a change of paradigm in an

impressive sequence of sessions . It proved a fertile ground for synthesis, and was attended by

hundreds of people dedicating their week-end and beyond. It was based on two key starting points:

the earth is finite, and we have to share the planet more equally. As Tim Jackson said in Prosperity

without growth, “Prosperity for the few, founded on ecological destruction and persistent social

injustice is no foundation for a civilized society”. Over-consumption, ecological investments,

governance, and finance in a new paradigm were the four (interconnected) themes of the forum.

Chaired by Ian Johnson, General Secretary of the Club of Rome, who very significantly reminding

us that, almost 40 years later, the famous ‘Limits to growth’ report is still very timely, the last day

of the forum closed on a talk by Philippe Maystadt, President of EBI (European Bank of

Investment). Mr Maystadt very eloquently echoed some strong points of the forum such as the

merits of connecting various actors with different perspectives of the system, and the need to pursue

the dialogue process. He also highlighted the need to reverse the current model where finance

dominates the economy and the economy exhausts the environment. Along with Patrice van

Haute, OECD executive director, he stressed that measurements are fundamental for an economy

taking the environment into account. He also pointed at the financial system crisis, its link to the

environmental crisis, and the need to come back to a clear separation between retail banks and

financial institutions, while allowing space for alternative models. As much as we need biodiversity,

we need a diversity of financial institutions and economic actors. The financial sector reform is

crucial. Mechanisms closer to the people and to mitigate risks such as those used in microfinance

were highlighted by Michael Knaute of Convergence 2015.

Strikingly over the four days, the speakers repeatedly pointed at the ‘consumption paradox’ (Prof

Christian Arnsperger, UCL): if we consume more, the planet will collapse; and if we stop

consuming, the economic system will collapse. Doing better by increasing the efficiency of

resource use will not be good enough. It won’t compensate for the 1.5 planet we consume now

(beyond the earth capacity to regenerate), said Tony Long, Director of WWF-Europe.

We can’t buy another planet. So the question is: should we implement a deep and coherent change

of paradigm or let the earth collapse under its own weight (environmental shortage of resources

or/and failure to better distribute those resources)?

Democracy needs to be re-invented, as the current form is rather adapted to the XIXth century said

Olivier de Schutter, UN Rapporteur on the Right to Food. We need mechanisms and objectives

reliable in the long-term, with intermediary targets to enable credible and lasting change. People

have to hold their governments accountable, in the North and in the South. We need to remediate

the trust deficit in our political system. Engagement and change start at the individual level, within

ourselves. People lack the necessary involvement and politicians lack the courage to tell their voters

a story where ‘finitude’ replaces plenitude. The short-termism of our political system makes it

inadequate to face the challenges.

Tax and subsidies systems need reform (Kristian Uppenberg, EIB). For example, a shift from

labour tax to a carbon tax (rather than a tax on energy) at a fixed level (say €100) would point to the

right direction. If we removed subsidies on fossil fuels, greenhouse gases would be reduced by

10%. As Michel Genet of Greenpeace said: “figuring out environmental investments without

rethinking the tax frame is illogical”.

Another recurrent theme has been the need to assort the transition into green economies with

measures that mitigate the social impact (Kate Raworth of OXFAM), such as recognizing poor

people’s right to their natural resource (in particular when property rights are uncertain and local

governments sell the land to foreign interests), retrain/teach new skills to workers when getting out

of industries with excessive pollution (such as mining coal), or protecting vulnerable groups from

food and energy price hikes via targeted subsidies and social protection schemes.

The forum conveyed messages of hopes, showing numerous examples where the change of

paradigm has happened, indicating that those still too isolated experiments could shift the mindsets.

It is a path forward and those examples increasingly abound. Creativity and uniqueness are inherent

to the human brain. What we know from genetics, explained Albert Jacquard, French scientist and

philosopher, in the opening session, is that we can invent solutions to build a happier, more pleasant

world. We have to work with others, with the environment, as sailors do with the sea, recalled the

inspiring Isabelle Autissier, the famous French sailor and chair of WWF France. The chain of

citizens-consumers has broken the chain of solidarity between citizens. We need emulation rather

than competition.

The forum also delivered a Charter for a new Education for peace and a sustainable future. The

charter was written collectively by fifteen 17 years old students coming from various UWC’s

(United World Colleges) in the world who actively took part to the debates. As one student put it

“we feel that this is not just talk, there is a sense of youth here; this forum can really, truly make a

difference”.

This first edition was acclaimed by all the participants who voted for its recurrence as a platform for

debate and dialogue to promote change and assess progress. Future editions will have to call on

supporting organizations and sponsors (Contact MDD 003210473959). A summary of the debates

will become available in due course. More details on the programme and the speakers is available

on www.1p1p.org.

This article was written by Anne Grafé-Buckens, 29/08/2011.

Contact : anne@buckens.co.uk – 00 32 499 771

______________________________________

Vers un monde durable et solidaire

Le forum “One People, One Planet” qui se positionne entre Davos et Porto Allegre, vient de se

terminer hier soir à Louvain-la-Neuve. Tout au long de ces quatre jours, plus de 800 personnes se

sont investies pour formuler des recommandations. Ce forum a permis à de grandes ONG, des

institutions publiques de financement, des entreprises et des citoyens d’échanger de manière

constructive sur la manière d’établir une transition vers un monde durable et solidaire.

Le point de départ de ce Forum est le constat que les limites de la biocapacité de la Terre sont limitées et

que celles-ci doivent être partagées de manière équitable entre tous, présents et à venir. Comme le dit Tim

Jackson (in Prospérité sans croissance) : « La richesse pour quelques uns, qui résulte de la destruction

écologique et des injustices sociales, ne peut pas être la base d’une société civilisée ». Changement culturel,

investissements écologiques, gouvernance et nouveau paradigme pour la finance furent les quatre grands

thèmes de ces journées.

Le Forum était présidé par Ian Johnson, Secrétaire général du Club de Rome, qui a rappelé que le rapport

“les limites de la croissance”, édité en 1972, était malheureusement toujours d’actualité.

Lors de la conclusion, Philippe Maystadt (Président de la BEI) a fait écho aux différentes propositions

émises par les ateliers en soulignant le mérite d’avoir réussi à mettre autour de la table des acteurs aussi

divers et en espérant que ce dialogue pourra se prolonger. Il a particulièrement mis l’accent sur la nécessité

de repenser ce modèle où la finance domine l’économie et où l’économie épuise les ressources naturelles.

Conjointement avec Patrice Van Haute, Directeur exécutif de l’OCDE, M. Maystadt a mis en avant le

besoin fondamental d’arriver à prendre en compte les coûts environnementaux dans la comptabilité des

entreprises et l’établissement du PNB. Il a également pointé les liens probables entre la crise financière

actuelle et la crise environnementale et le besoin de revenir à une séparation plus claire entre les différents

métiers de la finance (banque de détail, banque d’affaires, assurances, etc.). Tout comme nous avons besoin

de biodiversité, nous avons besoin d’une pluralité d’acteurs financiers et économiques, gages d’une capacité

de résistance et d’adaptation face aux turbulences des systèmes. La réforme du secteur financier est cruciale.

Les mécanismes qui sont proches des gens et qui limitent les risques, comme la microfinance, ont été mis en

exergue par Michaël Knaute (Convergence 2015) et Olivier de Guerre (PhiTrust).

Plusieurs orateurs ont insisté sur le « paradoxe « d’un modèle économique basé sur la croissance et la

consommation (Christian Arnsperger, UCL) : si on consomme plus, la planète est en danger et si on arrête

de consommer c’est le système économique qui s’effondre. Faire mieux en améliorant l’efficacité – en

particulier énergétique – ne sera pas suffisant ! dit Tony Long (Directeur de WWF Europe).

Dès lors, la question est : devons-nous laisser faire en sachant que nous allons vers de plus grands désastre

ou devons –nous implémenter un nouveau paradigme qui baserait le développement sur d’autres critères ».

La démocratie doit être réinventée, selon Olivier de Schutter (Rapporteur de l’ONU sur le droit à

l’alimentation ; UCL) ; nous avons besoin de mécanismes et d’objectifs à long terme fiables, avec des

étapes de transition intermédiaires crédibles. Les citoyens doivent mettre leur gouvernement devant leurs

responsabilités, au Nord comme au Sud. Nous avons besoin de remédier à un déficit de confiance envers

notre système politique. Le citoyen n’est pas suffisamment impliqué. Et au niveau politique « les

gouvernements qui prôneraient la finitude (croissance contenue voire décroissance) plutôt que la plénitude

(poursuite d’une croissance par tous) seraient probablement sanctionnés dans les urnes. Le court-termisme

de notre système politique le rend inadéquat par rapport aux défis de notre temps.

Le système des taxes et des subsides a besoin d’être réformé dans la mesure où les investissements dans le

« green business » ne procureront pas des effets suffisants sur l’emploi s’ils ne sont pas assortis d’une

réforme fiscale (Kristian Uppenberg – BEI). Pour Michel Genet (Directeur de Greenpeace Belgique), il

est essentiel de faire basculer la fiscalité sur l’emploi qui tue l’emploi vers une fiscalité orientée sur

l’épuisement des ressources naturelles et, en particulier, une taxe sur le carbone (plutôt que l’énergie). De

même, si on supprime les subsides aux carburants fossiles, les gaz à effets de serre seraient réduits de 10%.

Le tout est une question de volonté politique.

Un autre thème récurrent est le besoin d’accompagner la transition vers une économie durable avec des

mesures qui en atténueraient les impacts sociaux (Kate Raworth – OXFAM UK), par exemple…

- en garantissant aux plus démunis l’accès aux ressources naturelles (en particulier quand les droits de

la propriété sont incertains et que les gouvernements les vendent à des intérêts étrangers) ainsi qu’en

ayant une politique de subsides pour limiter l’impact des fluctuations des prix de l’énergie et de

l’alimentation ;

- en menant une politique d’accompagnement (formation etc.) vis-à-vis des employés et des

travailleurs des industries qui polluent excessivement et qui sont appelées à disparaître.

Loin de sombrer dans des discours fatalistes, le Forum a été un moment de partage enthousiasmant

d’expériences vécues et réussies de changements possibles. La créativité et le caractère unique de chaque

être humain, comme l’a suggéré le généticien et philosophe français Albert Jacquard lors de la conférence

inaugurale, nous rend capables d’inventer un futur plus heureux dans un monde plus équitable. Nous devons

travailler les uns avec les autres et non pas en compétition avec les autres. La société de consommation a

enchainé les citoyens consommateurs, rompant entre eux les liens de solidarité. Nous devons migrer d’une

société d’éducation à la compétition (où l’autre est l’ennemi) vers une société qui promeut l’émulation (où

l’autre nous stimule chacun à se dépasser soi-même). Avec la nature qui nous environne, comme des marins

en symbiose avec la mer, a souligné Isabelle Autissier, navigatrice et présidente du WWF France.

Le Forum fut aussi l’occasion pour 17 collégiens provenant des différents continents (United World

Colleges – www.uwc.org ) d’élaborer et de présenter une charte pour une nouvelle éducation vers plus de

paix et un futur soutenable.

Au final de cette première édition, nombreux furent les intervenants et les participants qui ont émis le

souhait de pérenniser ce forum international et participatif. Plus de détails sur les programmes et les

intervenants sur le site www.1p1p.org où un résumé des débats sera prochainement disponible.

Maison du Développement Durable – Ottignies-Louvain-la-Neuve

Alain Dangoisse (UCL) – 32 – (0)10 / 47 39 59 / 32 – (0)475 – 967 801

Le Forum One People One Planet est une initiative de la Ville d’Ottignies-Louvain-la-Neuve et de l’UCL coordonnée

par la Maison du Développement Durable avec le soutien et la participation de nombreux partenaires privés et publics.

Jobs

EASO - European Asylum Support Office
Senior ICT Officer
EASO - European Asylum Support Office
HQ Security Officer
Collectif Stratégies Alimentaire (CSA)
2 Chargé(e) de projets
Sport and Citizenship Think tank
EU Policy Officer
European Institute of Peace
Policy and Communications Internship
Association négaWatt
Chargé d'études énergie et climat